Bruit et vibrations sous contrôle

Des infrastructures de transport de plus en plus proches des zones habitées, de longs chantiers urbains et des machines industrielles de plus en plus sophistiquées aux postes de travail, créent le besoin de caractériser les nuisances sonores en temps réel. G+P met en pratique depuis plusieurs années de nouvelles techniques de mesure basées sur le monitorage permettant une surveillance directe et continue des nuisances générées et de réagir plus vite.

Bruit et vibrations sous contrôle

Pourquoi ne mesurer que 30 minutes si on peut mesurer 24h/24 ?

Avez-vous déjà entendu ou prononcé la phase « Aujourd’hui ce n’est pas le bon jour pour mesurer, l’activité ne fait pas de bruit ! » ? Souvent lorsqu’un acousticien fait une mesure de bruit, soit l’activité ne fait pas assez de bruit, soit les conditions météorologiques sont favorables ou défavorables à la propagation du bruit, soit le nombre de passages de trains ou le trafic routier n’est pas représentatif. Plutôt que de chercher LE BON jour et LE BON créneau, mieux vaut mesurer en continu sur une longue durée !

Grâce au monitorage du bruit, il est possible de mesurer pendant plusieurs jours, semaines, voire des années le bruit et les vibrations d’une activité, rendant l’évaluation plus précise et donc plus fiable.

 

Pourquoi surveiller le bruit et les vibrations d’une activité ?

Qu’il s’agisse d’une usine, d’arrêts de bus en ville, d’une pompe à chaleur ou de toute autre installation fixe, lorsqu’on veut évaluer le bruit généré par une activité, on doit en caractériser les phases de bruit.

Le monitorage permet :

  • D’identifier les phases de bruit et de les caractériser (niveau sonore, durée, fréquence, représentativité)
  • De mettre en évidence des anomalies et de particularités de l’activité
  • D’éviter des défaillances (fissures des immeubles, ruptures de pièces d’une machine, etc)
  • D’informer et rassurer les personnes affectées
  • De réduire les plaintes

​En définitive, le monitorage donne une nouvelle dimension à la mesure et à l’évaluation des nuisances sonores.

 

Souhaitez-vous réduire les plaintes concernant les nuisances sonores et vibratoires de votre chantier? La surveillance continue est la clé.

En Suisse, tous les chantiers doivent respecter la directive sur le bruit des chantiers. Cette directive se fonde sur la nécessité de prendre des mesures de limitation du bruit, mais ne garantit pas un respect systématique de valeurs limites ni l’acceptabilité des nuisances sonores par les riverains.

Chez G+P nous conseillons et accompagnons les maitres d’ouvrage dans le suivi continu du bruit et des vibrations de chantier. Cette solution peu couteuse et très efficace est déjà appliquée sur de multiples chantiers autoroutiers et ferroviaires, ce qui permet de vérifier le respect des exigences tout en informant les riverains et en évitant un nombre important de plaintes à la direction des travaux.

Directive sur le bruit des chantiers
Image 1: Directive sur le bruit des chantiers

G+P a développé un système de monitorage sur une plateforme en ligne accessible par les clients avec la création automatique de rapports réguliers.

Image 2: Exemple de l’évolution du bruit d’un chantier pendant 24 heures.Image 2: Exemple de l’évolution du bruit d’un chantier pendant 24 heures.

Le suivi des niveaux sonores avec la définition d’alarmes personnalisées permet d’informer à tout moment le responsable du chantier du bruit et des vibrations générés et de l’avertir par SMS ou E-mail d’un éventuel dépassement de valeurs limites.

Evaluation du bruit hebdomadaire et détection des alarmesImage 3: Evaluation du bruit hebdomadaire et détection des alarmes

Cette méthode de mesure a permis dans de nombreux cas de corriger immédiatement la situation sonore. Cette réactivité a donné une image positive auprès des riverains et une meilleure acceptabilité du chantier avec l’avantage pour le maître de l’ouvrage de réduire le nombre de plaintes, tout en respectant le planning de travaux.

Et vous ? qu’attendez-vous pour surveiller les nuisances de votre activité ?

Articles similaires

Les défis de l’Ingénieur spécialiste en bruit : entre technique, communication et solutions innovantes

Les défis de l’Ingénieur spécialiste en bruit : entre technique, communication et solutions innovantes

Être ingénieur spécialisé dans le bruit va au-delà de compétences techniques. Cela demande une capacité à comprendre des situations complexes et à concilier les préoccupations des personnes impactées, les activités bruyantes et les exigences légales. Ce professionnel du bruit est chargé d’analyser les problèmes liés au bruit et d’y apporter des solutions novatrices et équilibrées. Il doit jongler avec des intérêts divergents et agir en tant que médiateur entre les différentes parties prenantes. À travers ce blog, nous découvrions cette profession aux compétences variées, ainsi que les défis et les conflits auxquels elle est confrontée.
Situation complexe en matière de bruit – G+P mesure le bruit des manœuvres de la gare de triage de Lausanne

Situation complexe en matière de bruit – G+P mesure le bruit des manœuvres de la gare de triage de Lausanne

La gare de Lausanne-Triage est la principale gare de triage de Suisse romande. Plus de 60 km de voies construites dès les années 60. Les freins, les manœuvres, les chocs et les crissements des roues sur les voies sont bruyants et dérangent les habitants malgré les mesures déjà prises pour réduire le bruit. G+P a pu mesurer ces bruits et identifier des pistes d’améliorations.