1 PAC, 2 PAC c’est bien ! Mais 100 PAC, est-ce toujours bien ?

Le bruit et le dépassement des seuils autorisés sont des thèmes d’actualité d’une grande importance (surtout lorsqu’il est question de santé publique). A ce sujet, l’analyse du bruit généré par la pose de pompes à chaleur (PAC) à l’extérieur dans des quartiers densément peuplés est primordiale. Il se pose des questions fondamentales comme « si tous les propriétaires de maison décident de poser une PAC, ne risque-t-on pas de créer des dépassements des valeurs-seuils autorisées dans le quartier ? ». Pour répondre à ces questions, une expertise est nécessaire. G+P, spécialiste en protection contre le bruit, est votre partenaire idéal.

1 PAC, 2 PAC c’est bien ! Mais 100 PAC, est-ce toujours bien ?
1 PAC, 2 PAC c’est bien ! Mais 100 PAC, est-ce toujours bien ?
1 PAC, 2 PAC c’est bien ! Mais 100 PAC, est-ce toujours bien ?

Les pompes à chaleur :  la solution du futur ?

Année après année, le nombre de pompes à chaleur (PAC) ne cesse de croître en Suisse :

Source : https://www.fws.ch/fr/statistiques/

En puisant l’énergie dans son environnement (air, sol), la pompe à chaleur chauffe/refroidit une habitation avec une énergie principalement propre, locale et renouvelable. La PAC permet de réaliser des économies d’énergie importantes en comparaison à un système de chauffage classique (mazout, gaz) et permet de réduire les émissions de CO2 d’une maison. De plus, le rapport entre l’énergie fournie à la PAC pour fonctionner et l’énergie rendue par le système est excellent. Bref, vous l’avez compris, la PAC est un modèle de réussite.

Cependant, comme son nom l’indique, la PAC fonctionne avec une pompe et une pompe … ça fait du bruit, surtout quand elle est placée à l’extérieur. Une ou deux pompes tournant 24h/24 ne dérangent peut-être pas nos oreilles. Mais imaginez maintenant vivre dans un quartier densément bâti où chaque maison a sa propre PAC extérieure. Quel sera le niveau sonore global du quartier ? Est-ce que le niveau sonore cumulé de toutes ces pompes ne deviendrait-il pas gênant pour les habitants ?
 

Ce que les communes doivent savoir

Imaginez que vous travaillez pour la commune. Vous recevez le tout premier dossier pour une demande de pose d’une PAC. La demande comporte une attestation de conformité générée par le formulaire de l’Outil Web du Cercle Bruit qu’un tiers (société de chauffage, acousticien…) aura dûment rempli. Sans attendre, vous délivrez l’autorisation, le Graal pour le propriétaire. En effet, vous ne voyez pas d’inconvénient car le choix de la pompe et le choix de son emplacement à l’extérieur permettent de respecter les exigences de l’Ordonnance sur la protection contre le bruit (OPB) : Aucune habitation ne présente de dépassement sonore des valeurs limites d’immission au sens de l’OPB.

La 1ère demande est validée et la pompe est installée. Arrive une 2e demande, une 3e, une 4e, une 5e. tous les signaux sont au vert. Aucune pompe ne génère de dépassement de bruit au sens de l’OPB et elles sont toutes bien espacées :

 

Tout va bien…Et voilà que maintenant, tout le monde décide d’installer une pompe à chaleur à l’extérieur. Vous vous trouvez devant un dilemme : « Les pompes à chaleur, c’est bien, mais, le bruit cumulé de toutes ces pompes à chaleur ne risque-t-il pas de générer un niveau sonore excessif pour chaque maison ? Doit-on continuer à accepter la pose de toutes les pompes ? Peut-on commencer à en refuser, alors qu’on a accepté les premières sans condition ? Comment le justifier tout en préservant une égalité de traitement des voisins ? »

Sans mesures, voici à quoi risque de ressembler le quartier :

Le cumul des PAC risque d’engendrer des dépassements sonores pour quasi toutes les habitations voisines. Le quartier se transformera en une discothèque de PAC.  Bien évidemment, les scénarii dépendent de la puissance des PAC et de leur position, mais la seule possibilité de se trouver dans une telle situation devrait interpeler les autorités. Peut-on accepter les pompes avec des puissances acoustiques importantes ? Ne doit-on pas prendre des mesures dès les premières demandes d’installation de PAC ? Doit-on encourager des mesures techniques d’atténuation de l’émission sonore à la source? Toutes ces questions sont légitimes. Face à ces questionnements, G+P vous aidera à répondre et à anticiper le futur avec son expérience dans les expertises de protection contre le bruit (modélisation, mesures sur place, analyse de donnée…).

En attendant avril, nous vous souhaitons de joyeuses PAC !

Articles similaires

Les défis de l’Ingénieur spécialiste en bruit : entre technique, communication et solutions innovantes

Les défis de l’Ingénieur spécialiste en bruit : entre technique, communication et solutions innovantes

Être ingénieur spécialisé dans le bruit va au-delà de compétences techniques. Cela demande une capacité à comprendre des situations complexes et à concilier les préoccupations des personnes impactées, les activités bruyantes et les exigences légales. Ce professionnel du bruit est chargé d’analyser les problèmes liés au bruit et d’y apporter des solutions novatrices et équilibrées. Il doit jongler avec des intérêts divergents et agir en tant que médiateur entre les différentes parties prenantes. À travers ce blog, nous découvrions cette profession aux compétences variées, ainsi que les défis et les conflits auxquels elle est confrontée.
Mesures de texture en 3D - Méthode visuelle pour déterminer les propriétés de surface des revêtements routiers

Mesures de texture en 3D - Méthode visuelle pour déterminer les propriétés de surface des revêtements routiers

Les revêtements routiers peu bruyants sont utilisés en Suisse comme mesures efficaces de protection contre le bruit. Pour déterminer l'effet réel des revêtements routiers peu bruyants, G+P utilise de nombreuses méthodes de mesure. Alors que les méthodes de mesure les plus courantes enregistrent les propriétés des revêtements routiers sur le plan acoustique (p. ex. à l'aide de microphones), les mesures de texture 3D permettent de mesurer et d'évaluer les propriétés visuelles des revêtements routiers, qui sont importantes pour la formation du bruit. Depuis 2022, G+P effectue de telles mesures de texture 3D à l'aide de son propre scanner photogrammétrique.
Mesures de revêtements CPX - L'engagement dans la recherche et la normalisation porte ses fruits

Mesures de revêtements CPX - L'engagement dans la recherche et la normalisation porte ses fruits

Le bruit routier est influencé de manière déterminante par les propriétés acoustiques des revêtements routiers. Pour les mesurer, Grolimund + Partenaires SA a introduit en 2008 le premier système de mesure CPX de Suisse. Près de 15 ans de savoir-faire et de développement constant du système de mesure par des travaux de recherche et de normalisation ont porté leurs fruits. Nos clients bénéficient de résultats fiables et robustes ainsi que d'une excellente répétabilité. Pour le canton de Fribourg, qui mise entièrement sur les revêtements silencieux, des résultats de mesure précis sont essentiels pour la mise en œuvre de sa stratégie de protection contre le bruit.